Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, dcommenter la bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASA - Universite´ Lille 1
Association de Solidarite´ des Anciens
Universite´ Lille 1 - Sciences et Technologies

2012 : Toscane (11 - 19 avril et 21 - 29 mai)

mercredi 10 octobre 2012 par F.WALLET

Florence et la Toscane (11-19 avril et 21-29 mai 2012)

En 2012 l’ASA continue d’explorer l’Italie. Après Rome (2002), la Sicile (2006), Venise et Bari (croisière Costa 2008) le voyage, cette année, nous a fait découvrir, ou revisiter pour certains, Florence et Sienne (le voyage du premier groupe a eu lieu du 11 au 19 avril). Points importants du séjour : les monuments et musées de Florence, naturellement, mais également les paysages de Toscane, particulièrement la région de Chianti puis la ville de Sienne et ses environs.

Toscane

Je ne ferai pas un compte-rendu chronologique mais je tenterai de mettre en relief ce qui m’a semblé le plus remarquable.

Florence
Florence

À Florence, nous avons pu admirer les peintures de la Galerie des Offices. Je ne vais pas énumérer la palette d’artistes connus, depuis le Duocento avec Giotto et Cimabue jusqu’à Caravage en passant par Ucello, Filippo Lippi, Fra Angelico et Botticelli puis Vinci, Tintoret, Raphaël, Michel-Ange et j’en oublie certainement. On pourrait passer plusieurs semaines aux Offices tant il y a de chefs-d’oeuvre et étudier une bonne part de l’histoire de la peinture… Nous avons même vu, au passage la collection remarquable de tapisseries que l’on connaît assez peu. L’itinéraire des cénacles, dans les couvents transformés en musées, à San Marco, San Apollonia, puis Filigno nous a fait découvrir les splendides fresques et l’art de Perugin. C’est encore des fresques magnifiques que l’on peut voir au couvent Santa Maria Novella (notamment le Chiostro Verde – Ucello, 1350).Là encore, il y en a tellement que je ne puis les énumérer. Nous avons même pu visiter la pharmacie installée dans une ancienne chapelle voûtée datant de 1332 qui depuis le XVIe siècle vend des épices et des parfums.

Groupe du mois d’avril

Certains d’entre nous, infatigables, ont profité du temps libre pour aller au palais Pitti où on pourrait passer également des heures dans les innombrables salles toutes plus riches les unes que les autres, mais on peut se contenter de la galerie Palatine à laquelle on accède par l’escalier Ammennati (du nom de l’architecte qui conçu le palais commencé en 1452).

Naturellement, nous avons visité la cathédrale Santa Maria del Fiore, qui avec le campanile et le baptistère (portes de bronze universellement connues), forme un extraordinaire ensemble de marbre blanc, vert et rose (1296-1436) et témoigne du passage de l’art florentin du Moyen-Âge à celui de la Renaissance. Quelques-uns ont même escaladé les 463 marches qui permettent d’accéder à la coupole pour avoir ainsi un superbe panorama de la ville.

Nous avons vu également le palais Davanzati (fin XIIIe siècle) ainsi que le musée de l’Antique Maison florentine installé dans le bâtiment, puis dans le quartier Santa Croce, l’église de Santa Croce, célèbre pour être, dit le guide, le panthéon des Italiens illustres (tombeaux de Michel-Ange, de Machiavel, de Casanova…)
Les promenades dans les rues de Florence nous ont menés de la Piazza della Signora au Ponte Vecchio en passant par le Palazzo Vecchio (certains l’ont visité dans la soirée) et la Piazza della Repubblica, aménagée à l’emplacement de l’antique Forum à la fin du XIXe siècle. Nous avons aussi admiré le panorama de la ville en allant voir l’église de San Miniato al Monte qui domine Florence (façade en marbre vert et blanc du XIIe siècle).
La journée consacrée aux villas médicéennes nous a emmenés dans la campagne florentine à la villa di Poggio a Caiano, puis à la villa La Petraia et dans les magnifiques jardins de la villa di Castillo. Là encore, nous avons pu, grâce à la richesse de ces palais de la Renaissance revivre l’histoire des Médicis qui ont gouverné Florence pendant trois siècles.

Nous avons encore apprécié les paysages toscans lors du transfert à Sienne, située au milieu des collines. Nous avons été frappés par la beauté de la ville et son aspect médiéval, ses rues pittoresques et pentues, par la Pizza del Campo où se déroule la course annuelle du « palio » au cours de laquelle s’affrontent les différents quartiers de la ville.

Sienne
Sienne

La cathédrale (XIIe-XIVe siècles), qui séduit par la polychromie de ses marbres, est célèbre pour son pavement unique au monde qui montre des scènes tirées, pour la plupart de l’Ancien Testament. Ce sont de véritables oeuvres de marqueterie de marbres de différentes couleurs, exécutées entre 1369 et 1547. Elles sont très bien conservées même si certains panneaux ont été remplacés. (Elles sont d’ailleurs protégées par roulement, vu le nombre de touristes).

Le musée de l’OEuvre de la cathédrale et la crypte, le baptistère, le Palais communal, l’ancien hôpital Santa Maria della Scala nous ont encore permis de voir quantité de fresques et nous avons même parcouru les salles souterraines du musée archéologique qui renferme aussi des urnes étrusques, mais en moins grand nombre que le musée de Volterra.

En effet, la visite de Volterra comprend la cathédrale, bien sûr, mais surtout le musée Guarnacci qui nous a rappelé les origines étrusques dont on ne connaît pas bien l’histoire (pas de littérature). Là, nous avons été impressionnés par le nombre et la beauté des urnes funéraires (VIIIe au XIe siècle avant J-C), en tuf, en albâtre et quelquefois en terre cuite. Le musée renferme aussi, dans les bronzes votifs, la célèbre Ombre du Soir qui a inspiré Giacometti. La ville est connue, depuis l’Antiquité, pour le travail de l’albâtre et les magasins proposent quantité de figurines réalisées par les artisans…
Le village médiéval de San Gemignano se dresse sur une hauteur, entouré de vignes et d’oliviers. Connu pour ses « maisons-tours », il reste un passage obligé. Une promenade dans les rues pittoresques entre les deux portes (San Giovani et San Matteo) permet d’admirer les célèbres tours de prestige – il en reste une douzaine alors qu’il y en avait 70 au Moyen Âge – la Piazza de la Cisterna et le Collegrata di Santa Maria Assunta, édifice roman du XIIe siècle. Là encore, les amateurs de fresques peuvent se régaler. D’autres ont préféré déguster une glace ou une boisson fraîche.

Volterra
San Giminiano
Groupe du mois de mai

Je ne saurais passer sous silence un moment de convivialité passé à la propriété de la famille de Léo Ferré à San Donatino, près du petit bourg de Castellino in Chianti. Nous avons pu déguster (et acheter), du chianti classico de différentes années et de l’huile d’olive excellente. Accueil chaleureux et transport en voiture pour les moins en forme car l’accès et le retour au car sont particulièrement ardus. Le chianti est très connu mais le blanc Vernaccia de San Gemignano est également très bon.

Campagne de Chianti

En résumé, encore un voyage réussi, même si les déplacements et les escaliers furent un peu fatigants. Je ne parlerai pas de la gastronomie : les pâtes italiennes sont toujours bonnes… La météo qui n’avait pas gâté les participants du premier groupe, nous a été favorable et nous avons eu un très beau temps. Une secousse sismique, suite des tremblements de terre qui ont frappé la région, a retardé d’une heure le décollage de l’avion à l’aérodrome de Bologne, mais nous n’avons rien ressenti…
Nous pouvons donc encore féliciter et remercier la commission voyages de nous avoir préparé un voyage si agréable.
Francis. WALLET

Voir en ligne : Toscane (par A Barré)

Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 880 / 315920

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 16- Voyages : Compte-rendus   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

    Creative Commons License