Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

2018 : Vietnam - Cambodge

mercredi 4 avril 2018

VIETNAM / CAMBODGE : « SPLENDEURS D’INDOCHINE »
15 Jours & 12 Nuits
2 VOLS INTERIEURS / 1 NUIT EN JONQUE
14 - 29 Mars 2018

Voyage au VIETNAM de l’ASA en Mars 2018

Tonkin, Annam, Cochinchine, Fleuve Rouge, Mékong, ce voyage va remémorer ces noms qui figuraient sur les imposantes cartes affichées à l’école, dont les couleurs contrastées soulignaient les frontières.

LES RUES D’HANOI mêlent architecture coloniale et austérité héritée du communisme ; des affiches naïves multicolores réunissent familles ettravailleurs. Le mausolée d’Ho Chi Minh, en béton, est grandiose et gris. Dans un jardin botanique, tout proche, les murs jaunes du palais du gouverneur qui représenta la France, percent le vert de la végétation : flamboyants, acacias, frangipaniers, banians. Une promenade poussive en cyclo-pousse nous emporte au milieu des motos chargées de carton, de tonneaux empilés, de bouquets ou transportant des familles : odeurs d’échappements, mais aussi de cuisine qui mijote dans des marmites posées sur le trottoir. Des femmes tiennent en équilibre sur l’épaule la palanche qui porte dans les plateaux d’osier les fruits et légumes. La puissance des klaxons accorde la priorité aux véhicules : drelin-drelin des cyclo-pousses, klaxon des motos, trompe grave des autocars qui revendiquent une mission importante : le transport des touristes. Des nuées de motos grondent, déferlent en vagues successives, s’amassent en embouteillages. Des chapeaux vietnamiens passent : cônes en paille, casques kaki, képis militaires. Six heures : la rue s’éveille. Les gens s’y installent sur des tabourets ou accroupis pour le premier repas qui les enveloppe d’odeurs épicées.

BAIE D’ALONG : de l’eau émeraude émergent des tours sculptées, déchiquetées ou polies par le temps, dômes, mamelons, pics. Une myriade de bateaux compose un ballet triste au milieu de la beauté statufiée. La nuit efface l’envahissement et nous dormons dans notre bateau qui scintille. Sur le bord de la route, un barbier a installé un miroir et un tabouret. Des commerces attendent d’improbables visiteurs et proposent sur leurs étals l’hétéroclite : fruits, outils de jardinage, pièces mécaniques, carrelage bariolé, boissons en pyramides, pierres tombales surmontées d’une pagode qui seront implantées disséminées dans les rizières. Dans un village, un marché couvert propose les fruits tropicaux : sapotille oblongue, corossol et ses piquants, tamarin en gousses, pomme cannelle couverte de renflements, fleur de bananier renflée et violette, fruit du dragon fuchsia avec des ailettes vertes, noix de cajou de l’anacardier. Une promenade en char à bœufs suscite l’hilarité des vietnamiens qui s’amusent de notre équipage et nous photographient. Sur une rivière paisible aux eaux couleur kaki, les rameurs poussent les rames du sampan avec la plante des pieds, écartant les genoux tels des grenouilles ; la rivière traverse des grottes sombres et basses. Sur le chemin d’Hué, se tient le tombeau du dernier empereur du Vietnam, Khai Dinh, veillé par des gardiens de pierre.

HUE est la cité impériale de la dynastie Nguyen : le palais expose ses boiseries laquées de rouge, ses dorures, ses mosaïques ; sur les toits en pagodes, les animaux vénérés veillent : dragon, licorne, phénix et tortue. Au bord de la rivière, la tour de la Dame Céleste s’étrécit en 7 étages menant au Nirvana. Dans l’école bouddhique qui jouxte est conservée la voiture bleue du bonze qui s’immola par le feu pour protester contre les atteintes de Diem à la liberté religieuse. La région de DANANG sur le mythique 17èmeparallèle garde des vestiges des combats dont elle été le théâtre : chars et avions américains, hangars militaires laids reconvertis dans un autre usage, taches claires dans la forêt de parties ayant subi une défoliation éternelle. Depuis le conflit franco- vietnamien, le pays a connu 50 ans de guerre et son ouverture actuelle est une opportunité commerciale que les habitants s’empressent de saisir.
Le MUSEE D’ART CHAM témoigne du peuplement de la région par les chams venus d’Inde : exposition de beautés hindoues, de danseuses, de divinités, art bouddhique, épuré et serein, Bodhisattva, figure de la sagesse et de la compassion.

HOI AN est la ville aux lanternes de soie, illuminée le jour par leur balancement et scintillante de leur lumière des que le soir tombe. Les lanternes dans toutes les rues donnent à la ville un air de fête perpétuelle. Un temple chinois y est dédié à la Dame Céleste qui sauvait les marins naufragés avec les lanternes que ses aides agitaient afin de leur indiquer le chemin du salut.

A HO CHI MINH ex SAIGON règne la même effervescence anarchique qu’à Hanoï ; comme une marée grondante, les motos se faufilent, roulent à contre sens, partent à l’assaut des trottoirs, se moquant des klaxons impérieux. Bébés et enfants sont habitués àêtre transportés à moto et chevauchent celle-ci, accroché au dos d’un adulte, ou tenu devant lui, parfois coincé au milieu de la fratrie, parfois endormi.
La ville garde des traces de beautés architecturales coloniales : théâtre, hôtel de ville, poste construite par Gustave Eiffel. Sur la route, un temple Cao Daï : le caodaïsme réunit dans un culte cosmopolite Jésus, Bouddha, Mahomet et des guides spirituels : Victor Hugo, Confucius. Sur le carrelage luisant, des coussins de satin bleu pour la prière.

VINHLONG fut la scène de l’histoire de Marguerite Duras racontée dans « L’Amant ». Tournées vers le Mékong, des cahuttes sur pilotis avec des toits de tôles. Sur le fleuve, des sampans manœuvrés à la godille ou aux moteurs pétaradants, des péniches en bois lourdement chargées de riz, de sable, de bois dont les yeux peints sur la proue nous toisent quand nous les croisons. Sur le chemin le long du fleuve, foisonnent des arbres porteurs de fruits rares - kapokiers, jacquiers, arbres à pain, manguiers, bananiers, cocotiers, aréquiers, papayers, goyaviers- et de fleurs exotiques – hibiscus, balisiers, frangipaniers, cannas, bougainvilliers. Les chants des coqs et les saluts des enfants au beau sourire nous accompagnent. Dans un restaurant en bois au milieu de la végétation, on nous sert un poisson présenté verticalement et hérissé de piquants. La promenade se poursuit en bateau là où le Mékong aux eaux mordorées s’élargit, se préparant à la rencontre avec la mer de Chine. Il est parsemé de jacinthes d’eau aux larges feuilles rondes et sillonné par un ballet de bateaux. Sur ses flancs, le fleuve se nervure en bras fins au milieu de la mangrove bordée de maisons de pêcheurs, de bateaux à l’attache ; il devient plus intime avec des femmes lavant le linge ou les casseroles dans la rivière, des hommes se baignant.

Sur le marché de CANTHO, parmi des légumes et des fruits aux noms inconnus, pommes Cythère, durians, pommes merveilles, ramboutans, figurent aussi la canne à sucre, le poivre, le thé, le riz gluant ; des poissons fermentés exhalent des odeurs nauséabondes. D’autres tournent ou se tordent dans des bassines ; certains, amphibies, aspirent vigoureusement l’air.

Marché flottant de CAI RANG : sur le fleuve les péniches chargées sont entourées de sampans au moteur vrombissants qui butinent : des gros aux petits bateaux sont lancés pastèques, ananas, bottes de légumes qui partent pour les marchés CHAU DOC, à la frontière cambodgienne, est un lieu de pèlerinage : une statue de « Dame Céleste »découverte en haut de la montagne a été descendue par neuf vierges jusqu’ en ce lieu où fut édifié untemple brillant de dorures et de lumière, embaumé d’encens où montent les prières et où s’élèvent lesmains jointes. En bateau, sampan ou barque, en bus, en avion et char à bœufs, nous avons traversé le long pays en forme de palanche et avons atteint la frontière du Cambodge où se poursuivra le voyage.

Marie-Françoise WAXIN


VOYAGE AU CAMBODGE

Après le passage de la frontière, notre bateau remonte vers Phnom Penh sur le Mékong couleur de terre argentée.
Comme au Vietnam, l’eau est ici mère nourricière.
Les formalités douanières se font au bord du fleuve, dans une cour d’école arborée où se poursuivent poules et coqs, où errent des chiens fatigués de chaleur. Une statue khmère, le doigt dressé, semble indiquer le chemin.

PHNOM PENH

Le palais royal
À l’entrée, le guide nous désigne l’arbre de Bouddha, le pipal.
Des nagas à trois, cinq, sept ou onze têtes serpentent sur les toits pagodes. Une fresque de plusieurs centaines de mètres met en scène l’épopée Ramayana : Sita ayant été kidnappée par Rawanal, Rama la recherche avec l’aide de l’armée des singes.
Le Wat Phnom ou temple montagne a donné son nom à la capitale du Cambodge ; dans un autel siège la statuette de Madame Penh, auréolée de dorures.
Dans le temple règne une joyeuse ferveur : à côté de fidèles agenouillés, des touristes prennent des photos, une bonzette en robe safran, le crâne rasé, prend la pose ; les guides font leurs commentaires dans l’odeur d’encens, au milieu du recueillement.
Au Musée national s’exposent des statues préangkoriennes antérieures au IXe siècle et angkoriennes, caractérisées par leurs colonnettes octogonales.
Le linga à trois étages symbolise la trimurti ou triade divine : la partie haute, ronde, représente Shiva le dieu au troisième oeil, qui porte trident, hache et un serpent autour du cou. La partie médiane symbolise Vishnu, le dieu aux quatre bras, chevauchant le serpent Ananta ou Garouda à tête de vautour ; Brahmā le créateur est le troisième, le moins vénéré, peut-être parce qu’il a épousé sa fille. Le chignon de Bouddha ou ushnisha extériorise son génie ; le « sourire d’Angkor » souligne sa bienveillance.

Sur la route de Siem Reap Un marché propose grillons, sauterelles, blattes, cuites avec talent, épicées et croustillantes.
Au bord de la route, sur l’eau fangeuse, la boue contraste avec la pureté d’une étendue de lotus ; leurs graines sont utilisées pour le thé, leurs feuilles enveloppent le repas du paysan et le parfument, leurs tiges sont utilisées pour le tissage du krama, l’écharpe khmère.
Dans un hameau, un temple bouddhiste, une pagode, un stupa ; pendue au balcon de la salle à manger, la luminosité des robes des moines. Un Cambodgien grimpe en s’accrochant au tronc d’un palmier et recueille le sucre de palme en altitude.
Plus loin, au milieu des arbres fruitiers, se serrent les maisons sur pilotis d’un village khmer avec leurs toits en feuilles de palmier ou en tôles ; en devanture, une reproduction miniature de la demeure figure la maison des esprits ; sur des grandes nattes, à même le sol, sèche le riz.

Sambor Prei Kuk : dans la forêt, des vestiges effondrés ou envahis par la végétation, des sculptures de lions et de garauda, le vautour. Un autre temple montagne déroule dans une fresque sculptée la bataille contre le peuple cham : soldats tenant l’épée, l’arc ou le coupe-coupe, chars à boeuf, éléphants, chinois portant chignons, brahmanes, taureau sacré, danseuses célestes.
D’autre fresques mettent en scène la vie quotidienne : marché, visite chez le médecin, combat de coqs, pêche, gens alcoolisés en posture effondrée.
Sur la route d’Angkor Watt nos tuk-tuk sont escortés par le tintamarre des cigales, le tapage des oiseaux et des grenouilles. On peine à imaginer en traversant la longue forêt dense, la sérénité et l’isolement passés d’Angkor, troublés aujourd’hui par le chaos des véhicules qui transportent les visiteurs.

La première image d’Angkor Vat , l’ensemble monumental, est familière : un long pont flottant enjambe les douves et, après une première enceinte, s’étend une allée surélevée ; cinq tours aux formes de tiares se reflètent dans l’eau ; elles s’étirent vers le zénith, demeure des dieux, leur reflet dans l’eau tendant vers le nadir ou profondeurs de l’enfer.
À l’intérieur, une tour centrale se dresse comme une montagne avec un sommet ogival. Dans les galeries, des bas-reliefs, des colonnes, surmontées de linteaux en pierre, des représentations de Suryavarman II, le fondateur d’Angkor.

Angkor Thom

Devant le temple Baphuon des pierres disséminées et numérotées témoignent de la technique de reconstruction par anastylose.
Répétées jusqu’au bout du mur, les apsaras, jeunes filles célestes. Le bas-relief du barattage de la mer de lait symbolise le combat et l’équilibre entre les forces du Bien et du Mal : les dieux unissent leurs forces à celles de démons pour créer un élixir d’immortalité, puis trahissent ces derniers pour avoir l’exclusivité du breuvage. Sur la terrasse des éléphants reproduits à l’infini, leurs têtes et leurs puissantes trompes sortent en relief du mur.
Le long d’un couloir étroit des milliers de figures de pierre verdies ou brunies dans des postures gracieuses ou menaçantes. La statue du roi lépreux, ainsi nommée à cause de ses doigts manquants, est en fait celle du dieu des enfers.
Les divinités se tiennent dans l’obscurité, une fausse porte en pierre ciselée fermant un côté marque la séparation du monde profane et divin. Dans un jeu de perspectives les chapelles se cachent, se révèlent ; se montrent aussi Shiva et son trident sur le taureau Nindiss et son épouse Parvati. Sous le lichen vert, Sidharta Gautama sur son cheval part vers une vie de renoncement. Le cheminement nous fait passer d’un lieu dédié à l’hindouisme à un autre dédié au bouddhisme ; parfois l’éclair orange d’un moine parmi les ruines les ensoleille. Les tours du temple du Bayon, serrées et denses, semblent former une chaîne de montagnes ; sur chacune surgissent des visages énigmatiques fixant un des points cardinaux.

Dans Ta Prohm ou temple de la jungle, les fromagers enserrent dans leur griffes les pierres ; la nature a repris le contrôle au milieu de la stridulation des cigales et des cris des perruches.
Promenade sur l’étang dans l’attente du coucher de soleil : sur les remous de l’eau, le reflet du soleil couchant s’étire en un serpent lumineux. Dans la nuit tropicale humide et épaisse s’éveillent des cris d’oiseaux inconnus, des sifflements. L’eau aussi devient d’encre et s’épaissit. Debout, les rameurs chantent en tapant du pied. La scène évoque la phrase citée par Pierre Loti : « Au fond des forêts du Siam, j’ai vu l’étoile du soir se lever sur les grandes ruines d’Angkor ».
La soirée nous offre un spectacle de danses traditionnelles ; la grâce des attitudes et la symbolique des mouvements de poignets et de doigts rappellent les apsaras des temples et leurs mudras (positions symboliques des mains et des doigts). La citadelle des femmes Banteay Srei. Ainsi nommée à cause du raffinement féminin des sculptures et de sa délicate couleur rose.

Sur le lac Tonle Sap , des réfugiés vietnamiens habitent des maisons et commerces flottants ; des enfants se baignent dans une eau couleur de boue, un pêcheur lance son filet. Le dernier jour sera consacré à l’artisanat khmère : sculptures de pierre, tête de Bouddha souriant, thé, poivre de Kampot, bijoux en argent, kramas à carreaux.

Le Cambodge s’offre comme un pays de spiritualité, de traditions, mais aussi celui d’une histoire féroce : le guide nous raconte la dictature des Khmers rouges, l’exode de sa famille qui sera en partie massacrée, les tortures infligées aux intellectuels, qu’il subira lui-même et ponctue son récit de « c’est comme ça ! » traduisant une équanimité bouddhique.

Marie-Françoise WAXIN


Le PROGRAMME DU VOYAGE

JOUR 01 : PARIS - HANOI
Convocation à l’aéroport de Paris. Départ de Paris sur vol régulier direct VIETNAM AIRLINES à destination de Hanoi. Repas et nuit à bord.

JOUR 02 : HANOI
Petit déjeuner à bord.
Accueil à l’aéroport par votre guide accompagnateur parlant français.

Capitale du Vietnam unifié, Hanoi a conservé le charme désuet de l’époque coloniale française. La modernisation de la ville entreprise par les Français à partir de 1882 s’est prolongée jusqu’en 1955 et le visage d’Hanoi n’a pas beaucoup changé depuis. Certains bâtiments remarquablement conservés ou restaurés se détachent d’un ensemble architectural harmonieux. Hanoi est sans aucun doute la ville la plus charmante du Vietnam avec toute son authenticité, de grandes avenues ombragées, de nombreux lacs, et des jardins soignés.

Transfert en ville.
Tour d’orientation dans le quartier résidentiel où se trouvent notamment l’ancien palais du Gouverneur, la maison et le Mausolée du Président Ho Chi Minh (extérieur) et la pagode au Pilier Unique.
Déjeuner.
Installation dans les chambres à votre hôtel (check in à 14h00).
Promenade en cyclo-pousse dans les vieux quartiers de la capitale.
Dîner en ville puis spectacle de marionnettes sur l’eau.
Nuit à l’hôtel.

JOUR 03 : HANOI / BAIE D’HA LONG (170 km soit 4h de route)
Petit déjeuner à l’hôtel.
Route pour la Baie d’Halong.
Arrivée à Halong, croisière dans la baie d’Halong qui compte près de 3 000 îles et îlots : sans aucun doute l’un des paysages les plus somptueux d’Asie.

Déjeuner de fruits de mer sur le bateau.
Visite d’une grotte naturelle.
Dîner et nuit à bord de la jonque.
Pour finir la journée et si le temps le permet, une séance de pêche nocturne sera organisée.

JOUR 04 : HA LONG / HOA LU « LA BAIE D’HALONG TERRESTRE » / NINH BINH / HANOI - HUE
Petit déjeuner à bord.
Départ pour Hoa lu, une des anciennes capitales située à 80 Kms au sud de Hanoi.
En route, visite d’un marché local.
Splendide promenade en barque sur la rivière qui serpente entre les pignons karstiques gigantesques et les rizières. Superbes paysages poétiques de la Baie d’Halong Terrestre.
Déjeuner sur le site.
Départ par la route, arrêt dans un village et promenade en char à bœufs ou à buffles.
Transfert à l’aéroport d’Hanoï et envol pour Hue.
Dîner
Nuit à l’Hôtel à HUE.

JOUR 05 : HUE
Petit déjeuner à l’hôtel ou à bord selon l’horaire d’arrivée.
Arrivée à Hue. Accueil et transfert pour la visite de Hue.

Visite de la Citadelle et de la Cité Impériale en commençant par l’édifice du Cavalier du Roi puis spectacle de musique traditionnelle au théâtre Duyet Thi Duong (dans la citadelle).
Départ pour une croisière en bateau sur la rivière des parfums afin de découvrir la Vallée des tombeaux de la dynastie des Nguyen. Il s’agit de l’un des plus beaux exemples d’harmonie entre l’architecture et la nature. Inspirés des sanctuaires chinois de l’époque Ming, ces tombeaux ont été édifiés au milieu de montagnes, de rivières et de forêts de pins. Celui du fondateur de cette dynastie se trouve le plus en amont, puis viennent, parmi les plus majestueux, celui de Khai Dinh.
Visite aussi en cours de croisière de la pagode de la Dame Céleste avec une tour octogonale de sept étages.
Déjeuner en cours de visites.
La journée s’achève par un dîner royal costumé accompagné de musique traditionnelle.
Nuit à l’hôtel.

JOUR 06 : HUE / DANANG / HOI AN (135 km soit 3h30 de route)
Petit déjeuner à l’hôtel.
Route pour Danang en passant par le fameux Col des Nuages, qui offre un panorama magnifique sur la péninsule paradisiaque de Lang Co.
Déjeuner à Danang.
Découverte du Musée d’Art Cham fondé en 1915 par l’école Française d’Extrême-Orient, et qui renferme la plus importante collection de sculpture Cham du monde.
Puis continuation pour Hoi An, qui constitue l’une des merveilles du Vietnam, à 30 km au sud de Danang avec plus de 800 bâtiments d’intérêt historique.

On notera lors de la visite de Hoi An le parfait état de conservation d’un bon nombre de maisons dont la plus célèbre dans la rue Nguyen est la Maison Tan Ky au n° 101. Autre intérêt de Hoi An : les sanctuaires chinois et au cœur de la ville, un pont japonais couvert, datant de 1593, enjambe la rivière.
Promenade en barque sur la rivière jusqu’à l’embouchure Cua Bai pour admirer le coucher du soleil.
Dîner en ville et nuit à l’hôtel situé en ville.

JOUR 07 : HOI AN / DANANG -SAIGON (30 KM soit 45 minutes de route)
Petit déjeuner à l’hôtel.
Transfert à l’aéroport de Danang et envol pour Saigon, puis transfert en ville.

Rebaptisée HO CHI MINH VILLE en 1976 après le départ des Américains, l’ex-capitale du Sud Vietnam a gardé comme nom Saigon pour la majorité de ses 4,5 millions d’habitants. Saigon est la plus grande ville du pays et s’est affirmée très tôt comme la capitale économique. Il ne s’écoule pas une heure du jour ou de la nuit sans que les rues ne résonnent des incessants coups de klaxons et du vrombissement de milliers de cyclomoteurs qui sillonnent la ville. La présence française est encore très marquée par de longues avenues ombragées jalonnées de maisons coloniales, de monuments et de jardins coloniaux.

Déjeuner au restaurant.
Départ pour un tour panoramique du Saigon Colonial : l’ancien Palais Présidentiel (le Palais de la Réunification), la rue Dong Khoi (ex rue Catinat), le théâtre municipal, l’hôtel de ville, la cathédrale, la poste construite par Gustave Eiffel (1891).

JPEG - 38.8 ko
Une pagode à Saïgon
JPEG - 22.4 ko
Saïgon : Hotel de Ville

Continuation du tour d’orientation dans le quartier chinois, Cholon : regard sur le grand marché Ben Thanh, marché couvert qui occupe 11 000 m2 et qui offre au visiteur un incroyable assortiment de produits ; les anciens temples, balade dans les ruelles des herboristes de la médecine traditionnelle ; visite du temple de Thien Hau, connu par ses statuettes en céramique émaillé.
Installation à l’hôtel.
Dîner avec spectacle folklorique.

Nuit à l’hôtel.

JOUR 08 : SAIGON / VINH LONG « LE DELTA DU MEKONG » / CANTHO 150 KM
Petit déjeuner à l’hôtel.
08 h 30 : Départ pour Vinh Long et le delta du Mékong (100 km - environ 02 h 30 de route) : ancienne terre khmère, le delta du Mékong est le grenier à riz du Vietnam : enchantement d’un paysage doux, luxuriant, inattendu des scènes de la vie quotidienne.

10 h 30 à 12 h 30 : Promenade en bateau à travers les canaux de Tien Giang, qui quadrillent les vergers du delta – Promenade sur une des nombreuses îles du delta et ses villages de pêcheurs, et dégustations des produits locaux.
13 h 00Déjeuner.
Continuation pour Cantho. (environ 50 km – 1 h 30 de route)
Dîner en ville et nuit à l’hôtel.

JOUR 09 : CANTHO / LONG XUYEN / CHAU DOC
(120 km soit 3h de route)
Petit déjeuner.
Départ en bateau pour les marchés flottants de Cai rang, les plus typiques de cette région avec ses échoppes de soupes, ses multiples cafés. Chargés de bananes, patates, durians et autres mangoustans, barques et camelots en chapeau pointu s’enchevêtrent au milieu du fleuve.
Continuation pour Long Xuyen. Lotus et pagodes de style Khmer annoncent la proximité du Cambodge.
Visite des pagodes de la Dame Chua Xu, Tay An, le mausolée de Thoai Ngoc Hau puis ascension au sommet du Mont Sam pour découvrir Chau Doc et ses rizières nous attendent.
Déjeuner dans un restaurant local en cours de visites.
Arrivée à Chau Doc et installation à l’hôtel.
Dîner au restaurant.
Nuit à l’hôtel.

JOUR 10 : CHAU DOC / PHNOM PENH
Petit déjeuner à l’hôtel.
Formalités de passage de la frontière par les rives du fleuve.
Confortablement installés à bord de notre puissante vedette, nous remontons le Mékong. Les rives délimitent de grandes étendues hérissées de quelques abris de pêcheurs, palmiers à sucre et pagode Khmer (7h00 – 11h00).
En fin de matinée, les rives de Phnom Penh se dessinent à l’horizon.
Déjeuner à Phnom Penh.
Accueil et transfert avec votre guide parlant français à l’hôtel.
Tour de ville panoramique de la ville, avec ses larges avenues bordées d’arbres et de frangipaniers, en passant par le monument de l’Indépendance, qui fût érigé en 1958 pour commémorer la fin du protectorat français, et le quartier colonial ; le Wat Ounalom, monastère fondé au milieu du XVème siècle et qui comprend une quarantaine de bâtiments, presque tous rasés par les Khmers rouges (le temple principal abrite le fameux bouddha de marbre) ; le Wat Phnom qui domine la ville et qui a donné son nom à la capitale, on y trouve un stupa contenant les cendres du Roi Pona Yat (bâtisseur de la ville), une pagode construite par les chinois et les vietnamiens dédiée à la déesse de la mer, ainsi qu’un Pavillon qui abrite une statuette de Madame Penh.

Visite du Palais Royal et de la Pagode d’Argent, située dans l’enceinte du Palais Royal, où sont gardés les trésors de la couronne et du Musée National qui offre une admirable collection de pièces en bronze, sculptures, bas-reliefs, bouddhas des périodes pré angkoriennes et angkoriennes …etc.
Note : Pour la visite du Palais Royal, il est demandé aux visiteurs de bien se couvrir les épaules et de porter un pantalon long ou une jupe longue.
Possibilité, selon timing, de visiter une galerie d’art gérée par l’ONG Phare Ponleu Selpak (www.phareps.org), située à proximité de Musée National.
Dîner au restaurant local.
Nuit à l’hôtel.

JOUR 11 : PNHOM PENH - ANGKOR
Petit déjeuner à l’hôtel.
Départ de Phnom Penh pour Siem Reap par la route (314km – environ 7h), en passant par des paysages de rizières et les villages cambodgiens. Visite de Vat Kohear Nokor.
Arrêt pour la découverte du pittoresque village de Skun dont la spécialité culinaire est les araignées…
Déjeuner à Kampong Thom.
Visite de Sambor Prei Kuk. Capitale de l’empire du Chen La, Sambor Prei Kuk connut son heure de gloire sous le règne de Ishânavarman Ier au VIIe siècle. De cet ensemble de tours-sanctuaires renfermées dans une immense cité, des remparts de terre et des douves subsistent. Sur les sanctuaires en cours de restauration, nous pourrons admirer des frontons, des linteaux, des colonnettes et de superbes reliefs sur briques.
Arrêt pour visiter le Naga Bridge au village de Kampong Kdei.
Arrivée, transfert et installation à l’hôtel.
Dîner. Nuit à l’hôtel.

JOUR 12 : ANGKOR
Petit déjeuner à l’hôtel.
Visite du site d’Angkor Thom « Angkor La Grande », vaste ensemble architectural auquel on accède par cinq portes monumentales. Entrée dans la ville fortifiée par la Porte Sud, chaque porte de la ville présente la scène du barattage de la mer de lait, la porte sud est la porte la mieux conservée. Le premier monument est le temple montagne du Bayon, l’un des plus beaux et des plus mystérieux temples du site. Les 54 tours aux 172 visages représentant Jayavarman VII sous son aspect divin surgissent de chaque côté, ces visages qui se dressent magistralement dans la forêt font du Bayon l’un des monuments le plus marquant d’Angkor.

L’ancien Palais Royal s’étend sur 600 m et comprend le temple Phimeanakas, la Terrasse des Eléphants et la Terrasse du Roi Lépreux. Phimeanakas est un temple montagne à 3 gradins de latérite couronnés de grès et est situé au cœur du Palais Royal. La Terrasse des Eléphants est une vaste terrasse surélevée dont les côtés sont sculptés d’éléphants. La Terrasse du Roi Lépreux doit son nom à la statue qui y fut retrouvée.
Visite de l’incontournable temple Ta Prohm, recouvert par la végétation et laissé comme tel par les archéologues qui souhaitaient montrer comment les temples furent découverts à l’origine. Les fromagers étendent leurs racines à travers les pierres les soulevant et bouleversant petit à petit la configuration originale de ce temple.

Note : Afin de protéger l’infrastructure des sites archéologiques, l’autorité Apsara n’autorise plus l’accès de Angkor Thom aux véhicules de plus de 25 sièges. Par conséquent pour les groupes de plus de 26 à 40 personnes, nous utiliserons 2 bus ou les voitures électriques pour une demi-journée (sans supplément).

Déjeuner dans un restaurant local.

Après-midi consacrée à Angkor Vat, immense temple funéraire érigé au XIIe siècle dont l’architecture, la statuaire et les bas-reliefs marquent l’apogée de l’art khmer. Chef-d’œuvre des bâtisseurs khmers et symbole national. Des espaces et des édifices au dessin parfait, de longues galeries ornées de personnages mythiques et de batailles épiques, des nymphes célestes et des sculptures délicates, un sanctuaire central vertigineux, où le Vishnu suprême s’est effacé mais Bouddha demeure, toujours adulé par les fidèles.
En fin après-midi, Profitez d’un moment agréable pour admirer le coucher du soleil dans la zone d’Angkor avec une petite croisière d’1 heure environ (Kongkear Angkor ou Angkor Gondola) – sous les douves d’Angkor Thom.

Dîner APSARA accompagné par des danses classiques khmères qui relèvent d’une tradition ancestrale. Les danseuses étant identifiées aux « Apsara » - nymphes célestes, et son audience ne dépassait pas les cercles de la cour. Les danseuses, gracieuses et sensuelles, dansent pour le plaisir des dieux mais aussi pour préserver l’harmonie du monde. Chaque geste, chaque posture a un sens…
Nuit à l’hôtel.

JOUR 13 : ANGKOR
Petit déjeuner à l’hôtel.
Départ pour la visite de Banteay Srei « la Citadelle des Femmes » dégagée de la jungle en 1924 par H. Parmentier, dont l’architecture et les sculptures de grès rose présentent une œuvre maîtresse de l’art khmer. Un abondant décor recouvre murs et linteaux sans jamais se répéter et la perfection des sculptures des apsaras font d’elles les plus belles de tout le site d’Angkor.
Note : Pour la visite de Banteay Srei, il est demandé aux visiteurs de bien se couvrir les épaules et de porter un pantalon long ou une jupe longue.

Déjeuner au restaurant local.
Route vers le Lac Tonlé Sap, un des plus impressionnants écosystèmes d’Asie : traversée du lac d’1h30 environ en bateau pour découvrir les villages flottants animés par les activités de pêche et d’élevage.

Atout majeur du développement du site d’Angkor, le lac Tonle Sap fait vivre aujourd’hui plus d’un million d’habitants. Les villages flottants de Chong Khneas et Kampong Plouk, animés par les activités de pêche et d’élevage, de fabrication de filets et de construction de bateaux, offrent un spectacle étonnant. Depuis des millénaires, la vie lacustre suit le rythme saisonnier du flux et du reflux des eaux du lac, accompagnés par la migration de l’habitat, le vol des oiseaux tropicaux et le repli de la faune de la forêt inondée. Cette véritable mer intérieure, dont la crue annuelle règle la vie du peuple khmer, a été classée réserve de biosphère par l’Unesco en 1997 en raison de l’incroyable diversité de son écosystème.
Dîner au restaurant local.
Nuit à l’hôtel.

JOUR 14 : SIEM REAP - PARIS
Petit déjeuner à l’hôtel.
Visite des « Artisans d’Angkor », société cambodgienne mixte ayant pour vocation de développer de façon durable et équitable l’artisanat d’art dans la région de Siem Reap, en assurant l’insertion professionnelle de jeunes artisans sur ses sites et dans ses ateliers ruraux des villages des environs de Siem Reap.
Puis balade dans le marché local de Siem Reap pour faire des achats.
Déjeuner au restaurant local.
Transfert à l’aéroport de Siem Reap et envol à destination de Paris sur vol réguliers Vietnam Airlines via Hanoi.
Repas et nuit à bord.

JOUR 15 : PARIS
Petit déjeuner à bord. Arrivée à Paris. Récupération des bagages et transfert retour en car jusque Villeneuve d’Ascq

L’ordre des visites ou le sens des circuits peuvent être inversés mais le programme sera respecté.

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

PRIX par PARTICIPANT
Sur la base de
36 à 40 participants : € 2 444,-
31 à 35 participants : € 2 469,-
25 à 30 participants : € 2 498,-
20 à 29 participants : € 2 551,-
Prix garanti jusqu’au taux de 1$=0,93 €

CE PRIX COMPREND :
- Les transferts aller et retour en car de Villeneuve d’Ascq à Roissy
- L’assistance aux formalités d’enregistrement
- Le transport aérien PARIS / HANOI // SIEM REAP / PARIS (via Hanoi) sur vols réguliers Vietnam Airlines, sous réserve de disponibilité au moment de la réservation
- Les vols intérieurs sur le Vietnam : HANOI / HUE et DANANG/SAIGON
- Les taxes d’aéroport : 333 € à ce jour de Paris environ à ce jour (20/04/2016)
- Le transport en bateau entre Chau Doc et Phnom Penh
- Les transferts et déplacements terrestres en minibus ou autocar climatisé
- L’hébergement en chambre double en hôtels catégorie Supérieure 3* nl
- La pension complète selon le programme
- Les excursions et visites mentionnées au programme
- Les services des guides locaux parlant français
- L’assistance de nos bureaux à Saigon et Hanoi
- La taxe de sortie Cambodge
- Les assurances annulation – assistance-rapatriement et vol de bagages
- La garantie des prix contre les augmentations de la valeur des devises et du $ (voir conditions ci-dessous)
- Les pourboires sur la base de 50 € / personne

CE PRIX NE COMPREND PAS :
- Les boissons durant les repas et les dépenses personnelles
- Le supplément chambre individuelle : + € 330,-

FORMALITES d’ENTREE
Pour les ressortissants français : passeport valide six mois après le retour + visa
Aucun vaccin obligatoire ; traitement anti paludéen conseillé

- Les VISAS :

  • VIETNAM :
    Pour le moment pour les ressortissants français, le visa est gratuit et délivré à l’arrivée Cette décision est prise pour une durée d’un an jusqu’au 30 juin 2017. Son éventuelle prolongation d’une année supplémentaire sera réétudiée à son échéance le 19/6/2016) – non valables pour les ressortissants belges et suisses (60 € / personne à ce jour si par nos soins) –
  • CAMBODGE
    - Les frais de visas Cambodge : 70 € par personne à ce jour si par nos soins – ou 40 USD à payer directement sur place par vos soins

Le Vietnam et le Cambodge offrent, en dehors des grandes villes, quelques infrastructures hôtelières de qualité médiocre, ce qui ne doit pas être un handicap pour la découverte de ce pays splendide. Les vols intérieurs sont souvent sujets à des modifications sans préavis, les programmes sont alors adaptés en fonction de la meilleure alternative possible. À Hanoi, le mausolée d’Ho Chi Minh est fermé pour entretien, tous les ans du 01/10 au 01/11.


LES PLUS

-  Découverte des sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco :
Croisière dans la Baie d’Halong, avec nuit à bord d’une jonque,
Visite des monuments de Hué et Hoi An.
-  Excursion à Vinh Long, le delta du Mékong.

-  Repas typiques et originaux :
Déjeuner de fruits de mer sur la Baie d’Halong,
Dîner royal costumé avec musique traditionnelle à Hué,
Dîner avec spectacle folklorique (en option)
Dégustations de produits locaux.
Dîner APSARA accompagné de danses classiques khmères

-  Balades originales et spectacles :
Promenade en sampan sur le Mékong et sur la Rivière des Parfums,
Promenade en char à bœufs ou à buffles
Promenade en cyclo-pousse dans les vieux quartiers d’Hanoi,
Spectacle de marionnettes sur l’eau,
Traversée du lac Tonlé Sap


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 479 / 374933

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 16- Voyages : Comptes rendus   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.2.5 + AHUNTSIC

    Creative Commons License