Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Marie-Cécile Riedi

vendredi 7 décembre 2018

 

RIEDI Marie-Cécile

Résumé de l’entretien avec Marie-Cécile RIEDI

L’entretien a été réalisé le 25 mars 2016 par Yvonne Mounier et Marie-Thérèse Pourprix.

Marie-Cécile Riedi, née en 1951, est arrivée dans les services de l’Université à sa création, elle y a fait toute sa carrière et y a rempli des fonctions administratives de haut niveau.

Elle décrit ses études qui l’amènent à passer les concours d’administration et d’intendance et à être nommée en 1972 au service des IPES, sis au M1, où règne Madame Faille sous la direction de Marcel Decuyper puis d’Alain Dubrulle. Les IPES s’arrêtent en 1979 et Marie-Cécile Riedi est rattachée au service équipement, moyens, recherche et relations internationales, sis au A3 (dit « Le Château »), sous la direction du secrétariat général dirigé par Stanislas Kubiak, Michel Migeon étant alors Président. Il s’agit pour ce service de répartir dans les composantes et les équipes de recherche, sur des critères établis par le secrétaire général, les crédits de recherche et d’enseignement (EJ et CJ) attribués par le ministère.

Aux environs de 1982, Marie-Cécile Riedi a son troisième enfant, réussit le concours d’attachée, et obtient le poste de secrétaire général adjoint laissé par Edmond Scheibling parti en retraite. Le ministère instaure, à cette époque, les plans pluriannuels pour l’attribution des moyens financiers et humains. Pour répondre à cette évolution, le Président Jean Cortois crée des « cellules » qui remplacent certains services administratifs. Ces cellules contribuent à faire évoluer la façon de travailler au A3 pour s’adapter aux demandes et impératifs internes et ministériels.

Les relations internationales et la recherche se séparent au niveau de leur gestion en 1985. Marie-Cécile Riedi est ainsi amenée à travailler, dans la cellule recherche, au sein d’une petite équipe comprenant, entre autres, Jean Bourgain et Claude Nodot, à l’élaboration de projets, à l’étude de leur faisabilité, à la valorisation de la recherche (brevets), ceci en étroite collaboration avec les présidents (Jean Cortois, Alain Dubrulle) et les vice-présidents (Yvonne Mounier, Jean Bellet, Georges Salmer).

Le retard régional en matière d’encadrement scientifique et le rôle de l’environnement politique apparaissent à travers les relations avec le CNRS régional longtemps inexistant et le fiasco de grands projets d’équipements (Synchrotron, Soleil). Les délocalisations, la place des femmes à Lille 1 sont bien évidemment aussi évoquées.

Marie-Thérèse Pourprix

Retour au sommaire


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 16 / 357740

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

    Creative Commons License