Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Gabriel GOSSELIN

vendredi 7 décembre 2018

 

GOSSELIN Gabriel

Résumé de l’entretien avec Gabriel GOSSELIN

L’entretien a été réalisé le 1er juin 2016 par Bernard Pourprix et Jean-Michel Stiévenard.

Après des études à la Sorbonne et un séjour en Afrique, Gabriel Gosselin arrive à l’Institut de sociologie de Lille en 1967, d’abord assistant, puis professeur à partir de 1974. Par la peinture qu’il brosse des sociologues lillois, l’entretien permet d’imaginer les rapports qui pouvaient exister entre les membres de cette petite communauté dans la période bouleversée des années 1960 et 1970. François-André Isambert, Jean-René Tréanton (personne-pivot et véritable organisateur de la discipline à Lille), Michel Simon, Christian Baudelot, Jacques Lombard comptent parmi les principales figures, à des titres divers.

Après avoir été une branche de la philosophie, la sociologie profite de la restructuration des universités consécutive à la loi Edgar Faure de 1971 pour demander son rattachement à l’université des sciences et technologies de Lille (USTL), pour diverses raisons, notamment politiques. Sur ce sujet, Gosselin est quasiment le seul à avoir une attitude critique envers Simon. Aujourd’hui encore il regrette d’avoir dû quitter les philosophes et les historiens. Dans le même temps, les sciences économiques divorcent du Droit et se marient à la sociologie dans une même UER fondée sur la convention tacite d’autonomie dans l’interdépendance. Il faut attendre de nombreuses années pour que change le regard porté par les scientifiques “purs et durs” sur les nouveaux arrivants.

Avant l’arrivée à l’USTL, la notion de laboratoire n’existait pas. Ensuite, pour «faire scientifique», est créé le Centre interdisciplinaire de recherches en sciences humaines (CIRSH), qui constituera la base du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE). La structuration d’un troisième cycle se fait tardivement, dans les années 1990. C’est principalement Gosselin qui dirige des thèses, même si d’autres, comme Tréanton, participent à l’encadrement.

Le milieu des sociologues lillois n’est presque pas touché par le mouvement des assistants non-titulaires à partir du milieu des années 1970. Il faut dire que la sociologie était alors une discipline en rapide expansion et que les dotations de postes y étaient régulières.

Bernard Pourprix

Retour à l’ensemble des résumés


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 43 / 374990

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.2.5 + AHUNTSIC

    Creative Commons License