Multicolonnage en FLOAT 04
ASA Lille1 [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Maurice CHAMONTIN

jeudi 17 janvier 2019

 

CHAMONTIN Maurice

Résumé de l’entretien avec Maurice CHAMONTIN

L’entretien a été réalisé le 7 mars 2018 par Bernard et Marie-Thérèse Pourprix.

Les études de Maurice Chamontin (MC) sont celles de ceux qui « partent d’assez bas (sic) » : cours complémentaire, école normale primaire, prépa Saint-Cloud et ENSET (école normale supérieure de l’enseignement technique de Cachan). Agrégé de mathématiques, MC enseigne au lycée La Martinière de Lyon, aux Arts et métiers de Cluny, puis il est recruté à la faculté des sciences de Marseille. Là, son patron de recherche, Pierre Boughon, désireux d’en partir, emmène « en fourgon » « ses » quatre assistants à Lille. On est en 1965, le monde universitaire est tout petit, et MC trouve Lille « très agréable, plus ouvert ».

Le Deug personnalisé, créé en 1973-74, est la raison principale de cet entretien. Voici quelques considérations de MC à ce sujet : « Il se trouvait que le cours magistral semblait le reflet de l’organisation du pouvoir appelé à disparaître ». « Après des tonnes et des tonnes de discussions, on a essayé de proposer une nouvelle organisation de l’enseignement [de mathématiques], pour les premiers cycles. Nos ambitions étaient grandes, basées sur une plus grande autonomie de l’étudiant, une plus grande implication, une plus grande prise en charge par l’étudiant de ses études. Cela entraînait la suppression du cours magistral, de l’abomination de la science déléguée par le haut ». « Il n’y avait plus de hiérarchie, tous les enseignants étaient sur le même plan, et tous les étudiants aussi. Alors ça, on a réussi à le faire ». « Le travail ne comportait pas de cours, seulement des séances de TP où les étudiants travaillaient sur des fiches qui avaient été mises au point auparavant par le collectif d’enseignants ». MC explique le mode de contrôle, la réception d’un tel enseignement et pourquoi l’expérience a pris fin en 1981-82. Toutefois le Deug personnalisé a servi de socle à d’autres expériences pédagogiques comme celles des Bac F et du Deug alterné.

MC enseigne ensuite en licence avec Paul Dedecker et participe activement à la création du Deug MISS (mathématiques, informatique et sciences sociales) avec ses stages en entreprise.

MC décrit finement des personnalités marquantes de l’UFR de mathématiques : Laurent Gruson, Rudolf Bkouche, Michel Parreau dont l’influence a été considérable pour l’UFR et l’université. Il évoque le rôle d’« avant-garde un peu gauchisante » des conseils d’UFR de math où tout était objet de débats. Témoin et acteur d’une époque où l’université a explosé du fait de l’accroissement considérable du nombre d’étudiants et où l’encadrement de la recherche a été peu maîtrisé, MC émet l’hypothèse d’avoir appartenu à une génération de transition.

Marie-Thérèse Pourprix

Retour au sommaire


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 21 / 357740

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

    Creative Commons License