Multicolonnage en FLOAT 04
ASAP Lille [() Pour activer le formulaire des langues au lieu du menu, d?commenter le bloc qui suit - preferable pour les sites avec beaucoup de langues
ASAP - Universite´ Lille
Association de Solidarite´ des Anciens Personnels
de l'Universite´ de Lille

Entretien avec Jean CORTOIS

mardi 19 mars 2019

 

CORTOIS Jean

Résumé de l’entretien avec Jean CORTOIS

L’entretien a été réalisé le 13 février 2013 par Yves Crosnier et Bernard Pourprix.

Jean Cortois est recruté en 1960 comme assistant par le Professeur Roig, alors "patron" de l’Institut de Physique de la Faculté des sciences de Lille. Ne voulant pas se plier aux vues de celui-ci selon lesquelles chaque assistant se doit de passer l’agrégation, il choisit de devenir élève d’un jeune professeur récemment arrivé à Lille, François Lurçat, et s’engage sous sa direction d’abord dans un DES (Diplôme d’Etudes Supérieures) puis dans la préparation d’une thèse d’Etat. Malgré le départ de Lurçat à Orsay en 1963 et malgré la coupure du service militaire, il réussit à soutenir cette thèse en février 1968 et il est nommé Maître de conférences de physique, toujours à la Faculté des sciences de Lille, en octobre 1968. Toute la suite de sa carrière sera entièrement effectuée dans le cadre universitaire de Lille, où il sera nommé Professeur. Ses activités de recherche se situent essentiellement dans la mouvance de la Physique théorique et dans la proximité du laboratoire du Professeur Jacques Tillieu. Etant, par ailleurs, un militant politique engagé et étant doué de grandes capacités d’organisateur, il a trouvé, dans les événements de 1968 et les réformes structurelles en découlant, l’occasion de donner sa pleine mesure, notamment comme vice-président de notre université, à partir de 1975, puis en tant que président, de 1982 à 1987.

Dans cet entretien, en dehors de quelques souvenirs concernant le début des années 60, l’organisation en hiérarchie "mandarinale" de la Faculté et ses attributions d’enseignement en tant qu’assistant puis maître-assistant, Jean Cortois a principalement parlé de sa perception des événements de 1968 et de la mise en place de la nouvelle université. Y sont successivement abordés : les premiers pas, avant 1968, de la mise en place des laboratoires du secteur de la physique ; les événements mêmes de 1968 et la dureté des affrontements entre les camps et entre les personnes ; les débuts de la structuration des disciplines en UER (Unité d’enseignement et de recherche) et le rôle moteur du décanat de Jacques Tillieu (1964-1967) à ce sujet ; et, enfin, les grandes lignes des trois premières présidences ayant suivi 1968, avec René Defretin, Michel Parreau et Jacques Lombard.

Yves Crosnier

Retour à l’ensemble des résumés


Accueil |
  • Contact
  • | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 42 / 376792

    Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 09- Histoire et Mémoire   ?

    Site réalisé avec SPIP 3.2.5 + AHUNTSIC

    Creative Commons License